Nouvelle période d'incertitude à la Haute Ecole pédagogique

Problème de gouvernance pour l'institution qui forme les enseignants.

La Haute Ecole pédagogique Bejune naviguera-t-elle un jour dans des eaux totalement calmes?

Une vue du site de La Chaux-de-Fonds de la Haute Ecole pédagogique Bejune.
ARCHIVES RICHARD LEUENBERGER

On vous doit la vérité: cette question figurait déjà en tête d'un article paru en octobre 2013. Mais la réponse, cette fois, apparaît plus nuancée. Il y a deux ans, les dysfonctionnements au sein de l'école qui forme les enseignants bernois, jurassiens et neuchâtelois étaient tels qu'un audit avait été mené par un bureau spécialisé. Depuis, selon les témoignages que nous avons recueillis au sein de la haute école, les eaux ont retrouvé un calme relatif.

Relatif seulement, puisque des divergences de vues à la tête de l'institution ont débouché sur le départ du recteur, Richard-Emmanuel Eastes, qui va partir après une année seulement d'activité (notre édition du 4 avril). Par ailleurs, "les événements qui bouleversent notre institution" , lit-on sur un document de la commission du personnel, ont conduit cette dernière à convier Monika Maire-Hefti à son assemblée générale, la semaine dernière.

Double départ

Bilan de cette réunion: "Je comprends l'inquiétude des collaborateurs" , commence par déclarer la conseillère d'Etat neuchâteloise, présidente du comité stratégique qui pilote la Haute Ecole pédagogique (HEP). "Les débats sont restés sereins, même si la situation n'est pas encore apaisée, et pour cause, puisque nous faisons face à deux départs au sein du rectorat."

Au départ du recteur est en effet venu s'ajouter celui de l'un des deux vice-recteurs, Bernard Wentzel, nommé à la tête de l'IRDP, l'Institut de recherche et de documentation pédagogique. "Comme ces deux postes ne pourront pas être repourvus avant plusieurs mois, nous avons trouvé une solution avec l'IRDP pour que Bernard Wentzel reste à temps partiel à la HEP jusqu'à fin 2015. Par ailleurs, nous allons sans doute engager, à titre temporaire, et à temps partiel, une personne qui aura pour tâche à la fois de soulager le rectorat et de faire des propositions dans le domaine de la gouvernance et des cahiers des charges."

A la suite de l'audit, un nouveau mode de gouvernance a été mis en place l'année dernière. Mais visiblement, sur ce plan, le bât continue de blesser. Il faut dire que la HEP, c'est trois cantons, trois conseillers d'Etat dans le comité stratégique, trois sites et de nombreux domaines: formation pour le degré primaire, formation pour le degré secondaire, enseignement spécialisé, formation continue, formations postgrades, recherche, etc. "Si nous savions précisément où se trouve le problème, nous pourrions le résoudre. Mais en toute franchise, nous ne savons pas trop pourquoi cela ne fonctionne pas" , commente la ministre neuchâteloise de l'Education. "Il y a unanimité quant au rôle que doit remplir la HEP. Les chemins pour y parvenir, en revanche, ne sont pas encore clairement définis."

Selon les uns et les autres, les compétences de Richard-Emmanuel Eastes ne sont pas à remettre en cause. Alors pourquoi ces divergences de vue entre lui et les autres dirigeants de la HEP? "La mayonnaise n'a pas pris" , nous ont répondu plusieurs personnes. "Nous, le comité stratégique, aurions sans doute dû accompagner davantage le nouveau recteur, et cela d'autant plus qu'il venait de France, où la «culture d'entreprise» n'est pas la même" , indique Monika Maire-Hefti. Avant d'ajouter: "L'idéal, ce serait de trouver une personne qui a déjà une expérience dans la gestion d'un établissement de formation."

Une certitude: contrairement à une idée qui refait surface de temps à autre, "en l'état des réflexions, il n'est aucunement prévu de rattacher la HEP à l'Université de Neuchâtel"

LA HEP BEJUNE, C'EST QUOI?

FUSION La Haute Ecole pédagogique Bejune forme les enseignants de trois cantons: Berne partie francophone, Jura et Neuchâtel. Cette haute école est née en 2001 de la fusion de diverses institutions de ces trois cantons. Elle forme en particulier les enseignants du niveau primaire et ceux des niveaux secondaires 1 et 2, et assure leur formation continue.

ETUDIANTS La HEP-Bejune est présente sur trois sites: Bienne, Porrentruy et La Chaux-de-Fonds. Elle emploie environ 180 collaborateurs (dont beaucoup à temps partiel), qui accueillent un total de 640 étudiants en formation initiale.

PASCAL HOFER

Source (pdf)

Mots-clés associés: 

Ajouter un commentaire

CKEditor

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • You may insert videos with [video:URL]
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à tester si vous êtes bel et bien un visiteur humain pour éviter les soumissions automatiques.