Neuchâtel à la croisée des chemins

Les querelles de personnes qui minent le Conseil d'État neuchâtelois reflètent une division beaucoup plus grave du canton dont l'école obligatoire est malheureusement l'otage.

Réformistes contre conservateurs

Le Conseil d'État élu en 2009 devait être celui qui continuerait de mener les réformes dont notre canton a cruellement besoin, notamment la cantonalisation de notre école et de notre système de santé. Il a fallu rapidement déchanter. Gisèle Ory et Philippe Gnaegi n'ont même pas eu le cran d'entamer le bras de fer avec les villes. Ils se sont couchés sans combattre. Résultat : un réseau hospitalier et une école obligatoire régionalisés, options inutilement coûteuses et conservatrices. Jean Studer a quant à lui décidé de maintenir le cap des réformes, suivi dans sa démarche par Claude Nicati. Le drame de Frédéric Hainard est peut-être de ne pas avoir su choisir son camp.

Répercussions négatives sur notre école obligatoire

Le projet de régionalisation de l'école obligatoire se caractérise par la création ou le renforcement des structures administratives et politiques régionales et le maintien des objectifs pédagogiques à un niveau cantonal. C'est rigoureusement l'inverse de ce qu'il faudrait mettre en place pour réussir la cantonalisation de notre école obligatoire : concentration et rationalisation des structures administratives, marge de manœuvre pédagogique laissée aux divers établissements dans le cadre harmonisé du PER (plan d'études cadre romand).L'usine à gaz chaux-de-fonnière créée pour chapeauter l'ensemble de l'école obligatoire de la plus grande ville du canton avec ses 13 directrices et directeurs d'une structure administrative qu'on présente comme « harmonisée » préfigure-t-elle la « réussite» du projet de régionalisation de notre école obligatoire [1] ?

Une autre conséquence importante du sursaut régionaliste en matière scolaire touche l'évolution de l'orientation professionnelle à l'école. La réforme projetée du service de l'orientation scolaire et professionnelle (SOSP) prévoit en effet de concentrer toutes les compétences en matière d'orientation professionnelle au nouveau service des formations post-obligatoires, au détriment du SEO (service de l'enseignement obligatoire). Le caractère communal de notre école obligatoire joue clairement en défaveur du maintien et du développement de l'orientation professionnelle dans le giron de l'école obligatoire, alors même que l'orientation des enfants qui nous sont confiés est une mission prioritaire de l'institution scolaire. Placer l'orientation scolaire et professionnelle dans le post-obligatoire apparaît donc à l'heure actuelle comme la seule option à même d'assurer une gestion au niveau cantonal de ce très important service. Quel gâchis !

Engagement du SAEN

Nous ne pouvons que partager le constat de Jean Studer et déplorer avec lui les trois principaux maux dont souffre notre canton : régionalisme, conservatisme et clientélisme.

Le SAEN va inviter des représentants de groupes parlementaires PLR et PS à discuter de la situation préoccupante esquissée dans les lignes ci-dessus. Les clés de la relance de la modernisation de notre canton se trouvent en effet dans les mains des deux principaux partis politiques de notre canton, fortement tiraillés entre conservateurs et réformistes. Ces derniers, malgré l'optimisme des discours officiels, ne sont toujours pas parvenus à lancer dans les faits les importantes réformes nécessaires pour construire un bel avenir à notre magnifique petit coin de pays.

« La vraie générosité envers l'avenir consiste à tout donner au présent. »

Albert Camus

John Vuillaume

[1] À signaler que contrairement à La Chaux-de-Fonds, la commune de Val-de-Travers a quant à elle réussi, d'un point de vue administratif, à anticiper de manière exemplaire l'introduction d'HarmoS dans notre canton.

Mots-clés associés: 

Ajouter un commentaire

CKEditor

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • You may insert videos with [video:URL]
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à tester si vous êtes bel et bien un visiteur humain pour éviter les soumissions automatiques.