Réforme scolaire et devoirs: la surcharge guette aussi les élèves.

Après avoir enseigné pendant 20 ans dans l’école secondaire des filières, me voilà cette année en plein dans le nouveau système. Après quasiment une année de pratique et avoir échangé quelques propos avec mes collègues, j’ai envie d’aborder la question des devoirs.

Je ne vais pas me lancer dans le débat de l’utilité ou non des devoirs. Je me limite à m’interroger sur la quantité.

J’enseigne dans une classe de 9e, mais les élèves de celle-ci sont répartis dans 5 groupes de français et 5 groupes de mathématiques. Ils y retrouvent bien sûr chaque fois des élèves d’autres classes, l’effectif étant rebrassé pour chaque branche à niveau.

C’est peu dire qu’il devient difficile de suivre au mieux les élèves. Quand je désire donner des devoirs ou «agender» une épreuve, cela devient même un sacré casse-tête, car il faut concilier 8 à 9 plannings différents: Un élève d’une classe suit des cours avec son groupe «classe principale», plus le français dans un des 5 groupes évoqués et il en va encore de même pour les maths. On se retrouve donc face à une multitude de combinaisons!

Et c’est bien là que réside le problème! Après avoir eu des retours des élèves et en suivant ma fille (également en 9e), le tout confirmé par quelques messages de parents, on découvre vite que nos jeunes ados peuvent se retrouver avec des quantités impressionnantes de devoirs et passent parfois une heure trente à deux heures par jour pour les faire. Et ceci pendant plusieurs jours!

Des parents ont aussi soulevé un point assez important: il s’agit des activités extra-scolaires. Même si leur enfant n’en suit qu’une, l’ampleur du travail scolaire à accomplir à la maison risque fort de l’empêcher d’y participer régulièrement.

J’ai la chance de suivre une classe dans plusieurs branches, ce qui me permet de pouvoir m’adapter et de faire un peu tampon, mais les collègues qui n’y enseignent que quelques périodes par semaine sont coincés par l’horaire. Même si chacun cherche à bien faire, on risque de submerger, voire «noyer» les élèves sans le remarquer! Et le problème va sans doute aller en s’amplifiant, car en 10e et 11e, il y a 5 branches à niveau … auxquelles s’ajoutent des branches à option en 11e.

Je dois bien l’avouer, je n’ai pas de solution «miracle» à proposer! Mais cela m’interpelle beaucoup.

Certains placent beaucoup d’espoir sur l’arrivée d’un nouveau logiciel (Pronote) permettant de publier les devoirs en ligne, mais en quoi pourra-t-il résoudre le problème? Je n’en sais rien. Toujours est-il que le sujet ne devra surtout pas être laissé de côté, car il est certain que de trop nombreux élèves y laisseront des plumes.

Il serait tout de même paradoxal qu’une réforme présentée comme offrant de meilleures perspectives aux élèves défavorisés de l’ancien système débouche sur un nouveau type d’exclusion!

Yvan Jourdain

Mots-clés associés: 

Ajouter un commentaire

CKEditor

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • You may insert videos with [video:URL]
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • L'adresse de courriel sera masquée dans la source de la page pour diminuer le risque d'être interceptée par des spammeurs.
  • L'adresse de courriel sera masquée dans la source de la page pour diminuer le risque d'être interceptée par des spammeurs.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • L'adresse de courriel sera masquée dans la source de la page pour diminuer le risque d'être interceptée par des spammeurs.
  • L'adresse de courriel sera masquée dans la source de la page pour diminuer le risque d'être interceptée par des spammeurs.
CAPTCHA
Cette question sert à tester si vous êtes bel et bien un visiteur humain pour éviter les soumissions automatiques.